Rendez-vous Table ronde des Mam's

« Comment laisser au monde des enfants meilleurs ? » – Table ronde des Mam’s

8 décembre 2015

Avec un jour de retard, je participe tout de même à la table ronde des mam’s, rendez-vous mensuel organisé par Cécile du blog Le male de mère. On peut le dire, au fil des mois, Cécile ne nous ménage pas ! Les sujets à aborder sont tous difficiles ! Mais c’est ça qui est intéressant, je trouve. S’interroger sur des questions inévidentes, et sur ce que l’on fait, ce que l’on peut améliorer, également.

12077044_1486366974991557_768505222_n

Ce mois-ci, le sujet a été inspiré des tragiques évènements qui ont touché la France le 13 novembre dernier. Après ceux-ci, Cécile nous a lancé le défi de nous demander « comment laisser au monde des enfants meilleurs ? »  J’imagine les parents qui découvrent les faits commis par leur enfant. J’imagine la souffrance, la douleur qu’ils peuvent ressortir et l’incompréhension. Comment est-il que son enfant puisse commettre de tels actes ?

Parler sur ce sujet en évoquant mon enfant me semble difficile. Parce que je suis toujours à la recherche de l’éducation que je souhaite lui donner, parce que je m’interroge encore sur mes réactions envers chacune des situations du quotidien. Il me semble vraisemblable que son éducation se joue déjà, à l’aube de ce « terrible two » qui s’approche, petit à petit. Pour autant, est-ce cette éducation, que je lui donne en ce moment même, qui fera que ce sera un enfant « meilleur », un bon adulte ?

Il y a tellement de paramètres à prendre en compte qu’il est difficile de l’affirmer. Je ne sais déjà pas comment je vais réagir aujourd’hui, sous ses « NON ! », ses coups qu’il donne lorsqu’il n’est pas content, ses crises à se jeter par terre … Je ne sais pas comment je réagirais demain, non plus. Ni comment je me comporterais quand il fera ses premières bêtises à l’école, avec ses copains, ou quand il arrivera dans cette chouette période qu’est l’adolescence …

L’éducation se construit de jour en jour, les facteurs sont extrêmement nombreux, les parents ont un rôle majeur, mais ils ne peuvent être les seules causes d’un comportement futur.

Même si je me remets très souvent en question, au fil de mes aventures de maman, même si rien n’est acquis, même si je cherche encore ma place dans ce rôle de maman que je souhaite me donner, je sais pertinemment que mon comportement, avec mon fils, forge sa personnalité, de jour en jour. Et c’est ça, finalement, qui fait peur. Comment faire en sorte que mon enfant sera quelqu’un de bien ? Comment faire en sorte de l’accompagner sur le droit chemin ? Comment l’accompagner tout au long de son apprentissage, bébé, enfant, adolescent, adulte, afin qu’il ne devienne pas une mauvaise personne ?

Aujourd’hui, je me tourne – enfin, j’essaye ! – vers une éducation positive. Essayer de ne plus utiliser de négation, essayer de garder un ton bas, calme, apaisant, … Cette éducation est complexe à acquérir pour moi, en tant que maman (alors même que ma maman a été réellement douce avec nous). Et, cette éducation, que j’apprends et que je souhaite lui apprendre, je ne suis même pas sûre qu’elle permette de rendre cette personne, mon enfant, meilleur, plus tard.

DSC_0111

Alors qu’il est difficile de parler de lui, parce que finalement ça fait mal de penser que, peut-être, nous n’arriverons pas à le rendre bon, j’ai plutôt envie de parler de moi. De l’enfant que je suis.

J’ai été élevée par ma mère majoritairement. Je n’ai pas connu directement la séparation du couple de parents, mon père étant « simplement » absent professionnellement. Simplement … Et pour autant, j’ai pris, en partie, sa personnalité. Ce côté noir que j’aurais aimé ne pas hériter.

C’est avec mes propres expériences, sur ma vie personnelle, que je me suis rendue compte que, malgré tout l’amour de maman et tous ses sacrifices pour me rendre meilleur, je ne suis pas une bonne personne. J’ai des côtés obscurs dans ma personnalité, qui me blesse moi, la première. Qui blessent aussi mon entourage. Et c’est depuis moins de deux ans seulement, depuis la naissance du capitaine, que je « m’assagis ».

J’ai réellement conscience de ces défauts, de ces traits de caractère qui font de moi une personne mauvaise. Chaque évènement qui survient dans ma vie personnelle me permettent de rebondir, de m’améliorer, de changer la personne que je suis.

Pour autant, je ne peux affirmer que cette mauvaiseté vienne de mes parents, de mon éducation. Je ne peux rejeter la faute sur eux. Je ne peux accepter de dire que tout ceci viendrait de ma mère, qui m’a élevé. Ni de mon père, même si aujourd’hui encore, je pourrais lui reprocher énormément de choses. Je ne peux le faire. Je ne veux plus être la personne mauvaise que je suis, que j’ai été.

Je prends conscience de tout ceci à chaque moment, ce qui me permets d’avancer. Chaque évènement est une étape. Malheureusement, je ne suis pas encore la personne que je souhaite être, une personne meilleure. Hier encore, mes mauvais traits de caractères sont ressortis. Parce que finalement, la colère peut encore prendre le dessus, les mots blessant peuvent encore sortir. La route est longue. On peut changer à n’importe quel âge, dès lors qu’on en a l’envie.

Bien évidemment, les parents interviennent dans la personne que nous devenons. Mais pour autant, je ne peux accepter l’affirmation que ce sont les parents qui font de bons enfants, qui donnent au monde des enfants meilleurs.

Et toi, que penses-tu de cette question : « comment laisser au monde des enfants meilleurs ? » ?

Retrouve les autres participations chez :

Le male de mère

Moi petite maman

Natacha de 7AtHome

 Chez Hibou et Koala

La mère Dodue

No Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :