VieDeMaman

Lettre à mon Capitaine

30 décembre 2015

Mon Capitaine,

Nous sommes le mercredi 30 décembre 2015, je t’écris depuis notre chez nous, assise simplement sur mon tabouret. Je t’écris, parce que tu n’es pas là. Nous t’avons laissé quelques jours en vacances chez tes grand-parents. J’avais besoin de cette coupure, j’avais besoin de me reposer, et de me retrouver, avant de repartir pour de nouvelles aventures, tous les trois.

Finalement, ça fait 3 jours seulement que nous sommes séparés. Finalement, je ressens un gros manque, une culpabilité certaine. Pourquoi ? Je culpabilise de t’avoir laissé. Je culpabilise de savoir que tu as du mal à t’endormir le soir. Je culpabilise d’être partie, alors que tu faisais ta sieste. Je culpabilise de ne pas t’avoir assez parlé de ces vacances.

Puis, je culpabilise sur mon rôle, également. Je culpabilise sur la maman que je suis pour toi. Je culpabilise d’avoir besoin de ce break. Ce break dont je pensais tirer beaucoup de bien, qui, finalement, me fais plus de mal. Ce break qui m’ouvre les yeux.

Sur le fait que tu grandis, sur le fait que tu as grandi. J’ai perdu quelques semaines, quelques mois de ton existence, pour des choses qui n’en valaient pas la peine. J’ai le sentiment que tes premiers mois se sont enchainés, tel le sable qui s’écoule entre nos mains … Je me punis moi-même sur ce temps qui est parti, qui s’est écoulé à jamais. J’ai ce sentiment que … Tu as grandi sans moi, ces derniers temps.

J’ai également le sentiment de souvenirs perdus. Tes premières heures, tes premiers jours, tes premières semaines, tout ceci est passé bien trop rapidement. Le temps s’est écoulé, j’ai loupé ces instants. Je me souviens encore de ton premier souffle, ma première réaction, le regard qu’a posé ton papa sur toi, lorsque tu es arrivé parmi nous. Une dose incroyable d’amour à embaumé la pièce, un incroyable sentiment … De bonheur, de joie, de bulle également.

Je suis devenue maman d’un instant à un autre. Je t’ai porté, je t’ai nourri, je t’ai senti, je t’ai bercé. Je t’ai accompagné.

Puis, j’ai disparu. Tu as grandi, tu as évolué. Tu es devenu un petit garçon. Un peu confronté à toi-même, passant plus de temps chez ta nounou qu’avec nous. Ces dernières semaines, nous ne passions qu’une seule heure par jour ensemble … Comment puis-je accepter cette culpabilité qui me ronge depuis ces longs mois, te voir grandir, sans savourer ces moments, te voir jouer seul, car le soir, en rentrant, je dois préparer telle ou telle chose.

DSC_0127-001

Ne plus apprécier mon quotidien, car tu me manques, simplement. Vivre une course intense, sans pouvoir s’arrêter et reprendre son souffle …

Tu me manques, mon bébé.

Et ce n’est pas ton absence, qui me manque. C’est la mienne. L’absence de la maman que je veux être pour toi

Alors, avec toutes mes excuses, et tout mon amour, je te dis que Je t’aime, mon capitaine. Je t’aime fort, je t’aime plus que tout.

Je veux t’accompagner, je veux te guider, je veux te chouchouter, te bercer, je veux t’embrasser, je veux te tenir la main, simplement … Tout au long de ta vie, je veux être là. Pour toi, pour moi, pour nousPour faire de toi le petit garçon que tu deviendras. Pour faire de moi la maman que je souhaite être.

Je t’aime, mon capitaine.

Reviens moi vite, et je te promet de redevenir la maman que j’étais, quand tu es arrivé …

Pour la vie, mon capitaine.

DSC_0132

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Laurence apasdeloustics 30 décembre 2015 at 20 h 11 min

    C’est magnifique, je pleure cimme une madeleine.
    J’ai vecu ça tant de fois, cette impression de passer plus de temps à remplir des papiers, à travailler, à cuisiner qu’à m’occupper de mon plus grand !
    J’ai connu ce sentiment de culpabilité, d’être la mere que je ne voulais pas etre. Je pense qu’on se cherche tous, on ne naît pas mère, on le devient.
    Le congés parental actuel me permet de tellememt de choses que dorenavant je ne regrette plus rien, je profite avec eux et aimerais profiter encore davantage !
    Bon courage pour ces 15 jours sans ton capitaine …bisous

  • Reply Lehadouey 31 décembre 2015 at 12 h 53 min

    C’est une bien jolie lettre!j’aurais pu l’écrire moi même , tant nos sentiments semblent similaires à l’égard de nos enfants…je pense chaque mots que tu as écrits , c’est rassurant et en même temps déculpabilisant de se dire que je ne suis pas la seule maman dans ce cas…courage pour ces jours d’absence, les retrouvailles n’en seront que plus heureuses!et puis il faut se dire que ça leur fait du bien de voir autre chose que le cocon familial…bon réveille à toi

  • Reply Solange 1 janvier 2016 at 15 h 52 min

    Quelle jolie déclaration…je te comprends sur bien des points…si c’est ce dont tu as besoin tu as raison de ne pas sacrifier ces instants si précieux, quand on fait le choix d’être parents je trouve qu’il faut se rendre compte que le temps perdu ne se rattrape pas et que parfois il on n’aura plus d’occasions du tout…de passer du temps avec ses enfants…notre épanouissement personnel est difficile à atteindre entre la vie professionnelle et la famille, ce n’est jamais facile de tout avoir, après on fait des choix avec son cœur et ce que tu as fait pour cette nouvelle année ! Je te (vous) souhaite plein de petits bonheurs quotidiens pour cette nouvelle année !

  • Reply Coralie 6 janvier 2016 at 6 h 47 min

    Magnifique, je me retrouve beaucoup dans cet article,ma grande prend prend 16 ans ce mois ci et je l’ai pas vû grandir,peu de temps pour elle,surtout que je l’ai eu j’avais seulement 16 ans,j’etais en apprentissage,je travaillais dûr de 4h du matin a environ 14h,je redoublais d’effort pour elle car evidemment pas facile d’être maman a cet âge là mais je l’ai assumer des son premier souffle jusqu’a maintenant,c’est ma plus belle fiertée et maintenant 9 mois apres une petite sœur est arriver aprés une grosesse trés compliquer,et sa naissance aussi,beaucoup de peurs pour elle. Et quand tu es loin de ta famille et belle famille et avec peu d’ami(e)s c’est compliquer mais l’amour de mon mari et mes filles sont plus fort que tout. Un grand merci pour cet article,votre fils peut être fier :-). Ohlala que ça fait du bien de dire ce que l’on as un peu sur le coeur. Merci a vous

  • Reply Emmanuelle Morineau 17 janvier 2017 at 21 h 59 min

    C’est important aussi de réserver du temps pour son couple, et passés les premiers temps d’adaptation, le petit capitaine aussi saura apprécier ces moments sans maman et papa, grandir c’est aussi ça :)
    Bon je dis ça mais la première fois que j’ai laissé mes enfants 1 semaines à mes parents j’étais verte

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :