Côté parents

L’autonomie des enfants, où comment les laisser prendre leur envol sans en faire trop ni trop peu?

8 janvier 2016

Aujourd’hui, je reviens pour partager mon avis sur un sujet assez délicat, encore une fois : l’autonomie des enfants et l’accompagnement vers leur indépendance. Ce sujet vient de Cécile du blog Le male de mère (qui a le don pour trouver des sujets toujours difficiles !), dans le cadre du rendez-vous mensuel Table ronde de Mam’s.

12077044_1486366974991557_768505222_n

Ahhh, l’autonomie de nos bambins. On en entend des vertes et des pas mures dans ce domaine, je trouve. Je ne souhaites en aucun cas juger les pratiques des uns et des autres. Mais lorsque j’entends mémé me dire qu’il fallait que j’arrête d’allaiter mon fils (quand j’allatais encore …), ou ma propre maman (qui ne m’a pas jugé une seule seconde, je vous rassure !) m’expliquer qu’à l’époque, ils m’étaient les bébés dès le plus jeune âge sur un pot … N’est-ce pas un peu prématuré pour essayer de développer l’autonomie d’un enfant ?

De mon côté, j’essaye d’accompagner mon petit capitaine (qui me manque terriblement … Vivement demain et nos retrouvailles !!) chaque jour. Mais comment l’accompagner ? Simplement, en suivant ses évolutions propres et personnelles. Je ne veux pas le pousser, je ne veux pas lui demander d’exécuter des choses qu’il ne maitrise pas encore. Peut-être suis-je trop laxiste dans ce domaine, je ne sais pas.

DSC_0111Mon accompagnement se résume à des encouragements lors de chaque évolutions, à essayer de lui donner confiance en lui, à lui parler, également. Et à le laisser aller à son rythme, donc.

Comme vous le savez si vous suivez ce blog depuis quelques temps, j’ai allaité mon fils. Au bout de quelques mois, nous sommes passés à un allaitement mixte. Puis, à 9 mois, il n’a plus voulu du sein. C’était la deuxième fois qu’il refusait de prendre mon lait. La première fois, nous avions réussi à relancer notre allaitement. Mais cette seconde fois, j’ai voulu l’écouter. Il n’en voulait plus, et me l’a fait comprendre. Peut être aurais-je dû lui proposer encore et encore, un peu plus ? J’ai simplement essayé de le comprendre, écouté ses besoins, plutôt que de le forcer. De toute manière, il savait se faire comprendre et je ne pouvais que respecter son choix, ne pouvant pas le forcer !

FullSizeRender-004

J’ai l’impression que c’était il y a si longtemps … !

Aujourd’hui, il apprend son autonomie de lui-même, sans que nous le brusquions. Bien évidemment, nous l’entourons.

Mon capitaine est un petit garçon énergique, dynamique, un vrai p’tit bougeur (oui, j’invente des mots!) ! Cependant, il parle peu. Ces derniers temps, je pense qu’ils n’ont pas été faciles pour lui. J’ai eu une période difficile personnellement, et je suis convaincue qu’il ait ressenti toutes ces tensions.

Je ne peux dire si cette période a eu un impact sur son développement. Notamment au niveau de la parole. Cependant, je trouve personnellement que le langage est très important pour le développement, et donc pour l’acquisition de l’autonomie.

Je suis personnellement très réservée. Je ne suis pas à l’aise quand il y a du monde, de surcroit quand je ne connais pas. Et j’ai bien ressenti que mon p’tit capitaine était également réservé. Il s’efface un peu face aux personnes qu’il ne connait pas ou peu, il ne dit pas un mot. Il écoute très attentivement, observe tout ce qui l’entoure, mais ne parle pas.

Dans l’acquisition de sa propre autonomie, je souhaite essayer d’accompagner mon fils par le langage. Cette acquisition me semble indispensable, et c’est pourquoi j’aimerais, tranquillement, sans en faire trop, l’aider à développer cette approche.

Pour ce faire, je vais créer des petits jeux, pédagogiques, qui nous permettront à la fois de passer du temps ensemble, et d’essayer de communiquer. Je ne veux vraiment pas pousser mon p’tit bonhomme, je veux simplement l’accompagner.

En fait, l’acquisition de l’autonomie, elle passe à la fois par l’enfant et par les parents. Autant, ce sont les enfants qui apprennent, autant, ce sont les parents qui les accompagnent. A mon sens, l’un ne passe pas sans l’autre. Pourtant, l’un comme l’autre sont indispensables pour construire la personne qui vivra par la suite. Et ce, à chaque période de nos vies. Il me semble du devoir du parent d’apprendre à … Laisser son enfant grandir. C’est peut être prématuré ce que je dis. Bien évidemment, je ne laisse pas mon p’tit capitaine grandir « seul ». Mais pour autant, j’essaye de veiller à l’acquisition de son autonomie, autonomie adaptée à son âge.

11901689_10153232567803558_1629428722_o

Il est difficile de trouver la frontière entre « en faire trop » et « ne pas en faire assez ». De toutes les manières, le jugement doit être mis de côté ! Chacun fait comme il le souhaite et comme il le peut, et essaye de faire au mieux, je pense !

Et toi, comment appréhende tu cette question ? As-tu des points sur lesquels tu aimerais accompagner ton enfant dans le développement de sa propre autonomie ? 

Retrouve les points de vue des autres participantes :

*Le male de mère

*Moi petite maman

*Leethastheworld

*Le monde de schtroumph et schtroumphette

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Ccile 8 janvier 2016 at 10 h 48 min

    Moi, des sujets difficile??? naaaaaan!!!! ;)

    Merci pour ta participation! ;)

  • Reply Weena 8 janvier 2016 at 14 h 59 min

    Hum … sujet difficile, d’ailleurs tu ne répond pas XD.
    Je suppose que certaines personnes trouvent que nous laissons trop FeuFolet « en liberté » (autorisation de monter et descendre les escaliers seul à 1 an puisqu’il sait le faire par exemple).
    Je pense que ta conclusion est bonne, le juste milieux, c’est celui entre accompagnement et confiance en l’enfant.

    J’espère que tu réussira a aider le Capitaine dans la parole par de petits jeux.

  • Reply Bébé change la vie 8 janvier 2016 at 16 h 10 min

    Tu as raison de dire que chacun doit faire comme il peut et comme il le sent car chaque enfant est différent et chaque parent aussi et il est important de respecter les limites et les besoins de chacun !

  • Reply http://paysages-tschirhart.fr 15 juin 2016 at 20 h 37 min

    A partir de 2 ans, on range avec son enfant, en lui expliquant la place de chaque chose et le fait qu?on ne melange pas tous les jouets dans une meme caisse. On peut meme mettre des photos de comment ca doit etre range, qu?on colle sur les etageres.

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :