Côté parents

Ce chemin de vie qui semble si compliqué à parcourir

27 juillet 2016

27 juillet 2016.

Je suis tranquillement assise chez moi, profitant de la sieste de mon capitaine pour rédiger quelques lignes. J’ai tellement de choses à dire et à partager par ici, mais rien ne vient. C’est difficile, et je ne sais pas exactement pourquoi.

Mon chéri est à côté de moi, il se repose. Nous profitons de nos derniers jours de « vacances » en commun. « Vacances », ce mot n’est pas forcément adapté.

Lundi, PapaPapa reprendra le travail, après 4 semaines à nos côtés. 4 semaines qui sont passées bien trop vite. On a réussi à profiter tout de même, avec 15 jours dans nos familles en Bretagne. Mais, pour autant, ça ne me semble pas suffisant.

Capture d’écran 2016-07-27 à 14.13.52

Lundi, je serais de nouveau seule avec mon amour de petit garçon de 2 ans. J’ai prévu de sortir un maximum, de lui trouver des activités toutes différentes de jour en jour, mais … J’ai peur.

Peur ? Vraiment ? Peur de passer mes journées avec mon enfant ? 

Ce n’est pas ça, qui me fait peur. Au contraire, je serais heureuse de réussir à lâcher prise, d’accepter que j’ai le droit, moi aussi, de profiter de mon p’tit bonhomme tant qu’il est jeune. Mais je ne m’en donne pas les moyens. Je fais un blocage. Je n’y arrive pas. Je me sens incompétente, également.

Je suis au chômage. Encore.

Je suis en recherche d’emploi. Encore.

Je ne sais pas comment m’y prendre. Encore.

Finalement, c’est ce cercle vicieux qui me fait peur.

Ce cercle dans lequel j’entraine enfant, conjoint, famille.

Je culpabilise à la fois de le mettre en septembre en crèche, alors que je ne travaille pas. La solution ne serait-elle pas de le garder rien que pour moi, de profiter de lui, avant qu’il ne grandisse encore, et rentre à l’école ? Mais … Comment accepter de ne pas apporter ma contribution financière à notre foyer, comment accepter de rester à la maison alors que je pourrais éventuellement gagner un salaire chaque mois ? Suis-je trop exigeante, en terme d’emploi ? Suis-je faite pour rester à la maison ?

Qu’est-ce-qui compte le plus pour moi ?

Trouver un travail coute que coute, un travail « alimentaire », qui ne me convient pas forcément, mais qui m’apporte un salaire chaque mois ? Ou profiter de mon p’tit garçon qui n’aura qu’une enfance, profiter d’être à la maison, le voir grandir, l’éveiller, lui proposer des activités à faire ensemble ? Les deux sont-ils vraiment conciliables ?Les deux

Cette année, il aura été de nombreux jours chez la nounou … Alors que je ne travaillais pas. C’est dur, franchement. C’est culpabilisant, dans les deux sens.

Je ne sais pas ce que je dois faire.

Abandonner mes recherches et profiter de mon p’tit garçon ? Accepter un service civique qui me rapportera trois francs six sous mais qui me laissera du temps libre ? Chercher un travail alimentaire qui ne me permettra pas d’être épanouie mais simplement de ramener ma contribution salariale ? Le laisser des journées et des journées avec cet objectif utopique de trouver un emploi qui me convient ? Chercher en dehors de notre région, quitte à mettre en péril notre vie familiale ?

Je réfléchis, me pose beaucoup trop de questions, comme souvent, et perd mon temps, pour ne pas changer.

Un jour, j’aimerais apprendre et réussir à lâcher prise, réellement. 

Et toi, as-tu connu ce genre de situation ? Comment as-tu réussi à faire un choix ? 

Capture d’écran 2016-07-27 à 14.13.32

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply weena 27 juillet 2016 at 15 h 10 min

    Hum, étant dans la même situation que toi, je ne peux pas vraiment t’aider …
    Encore que, je ne sais pas dans quelle circonstances tu t’es retrouvée au chômage. Nous, il a toujours été très clair avec mon mari que nous voulions une grande famille rapidement et que donc le faite de trouver un travail est un bonus tant au niveau ressources que pour mon épanouissement.
    Feuillet va à mi-temps chez la nounou et LutinCoquin l’y rejoindra au plus tard pour ses 6 mois. Je ne culpabilise pas, ça lui permet de se sociabiliser, de découvrir d’autres activités et moi de souffler, de chercher du travail qui m’intéresse et de réaliser un certains nombre de tâches domestiques et administratives.
    En conclusion, un travail, avec plaisir, mais pas au détriment de ma vie de famille, d’autant plus si ça ne me correspond pas. J’aurais toujours le temps de débuter une carrière dans mon domaine ou dans un autre quand il seront plus grand.
    (PS : par contre, je suis souvent déçue qd je ne suis pas retenue en entretien pour un boulot qui me botte vraiment et je me demande aussi souvent si je suis faite pour trouver du travail …)

  • Reply Je ne suis pas une poule 27 juillet 2016 at 19 h 57 min

    Courage! Et tu sais il faut te déculpabiliser. Ton enfant est sûrement heureux à la crèche et d’ailleurs il y retrouve plein d’autres enfants qui lui apprennent à vivre en société et le préparent pour l’école. Et toi, ce moment, te permet d’être fraîche et dispo pour l’accueillir et passer de bons moments avec lui. Pour le boulot c’est toi qui vois mais c’est vrai qu’avoir une valeur à l’extérieur (autre que celle d’être maman, femme, amie, c’est à dire se sentir avoir une valeur marchande, une valeur « travail ») ca fait souvent du bien. Ca permet de sortir de chez soi, de se caler sur un rythme. Bref ca peut être chouette! Mais si tu choisi de te consacrer uniquement à ton enfant il n’y a pas de regret à avoir. C’est un choix légitime et qui peut aussi t’apporter beaucoup. Bref! Il n’y a pas de « bonne » réponse il n’y a que la tienne et ce sera la meilleure pour toi. A toi de la prendre sans remords. Bon… C’était un peu foutraque tout ça mais j’espère que tu m’as comprise…^^

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :