Kids

Le choix du siège 2/3 de mon grand garçon – Le Joie duallo

12 janvier 2018

A l’aube de ses 4 ans, nous y sommes, nous avons du changer le siège auto de mon capitaine. En effet, mon petit grand garçon a bien suivi sa courbe de croissance depuis sa naissance. Il est grand, a une ossature assez importante, et fait donc maintenant 18 kilos !

Lorsque je suis devenue maman, je me suis retrouvée complètement perdue dans le rayon des sièges auto. Rassurez-moi, dites moi que c’était également le cas pour vous ?! Le choix est incroyable, il y en a pour tous les goûts (oui, on peut même parler de goût quand on pense sécurité, dans ce rayon), et pour tous les budgets. Difficile de savoir vers quoi s’orienter. Surtout, on pense également que ces sièges étant commercialisés, ils ne peuvent qu’être sécuritaires pour nos enfants. Hors, j’ai assez rapidement compris que ça n’était pas le cas. Bien évidemment, dans cette chasse au siège « parfait », sécuritaire, j’ai consulté le site de l’association Securange, une association ayant pour objet d’informer sur les différents sièges auto commercialisés, et de partager les résultats des crashs-tests, des tests retraçant la sécurité de chaque siège en cas d’accident.

Mon garçon a grandit, nous avons changé sa coque trop petite pour un siège qui proposait du dos route puis du face route, qui allait durer assez longtemps selon nous. Finalement, il a poursuivit sa croissance et, lorsqu’il a fait 13 kilos, nous l’avons passer face route. Il n’avait pas 2 ans, le seuil minimal pour passer un enfant face à la route selon Securange. A l’avenir, je ferais différemment avec mon deuxième enfant. Par chance, nous n’avons jamais eu d’accident.

Puis il y a quelques mois s’est posé la question du nouveau siège. Notre ancien siège allait jusqu’à 18 kilos, il fallait le changer. On a réfléchit longuement à l’idée de reprendre un dos route jusqu’à 25 kilos. Mais après 2 ans face à la route, je ne sais pas si il aurait accepté. On a pas pris le risque, on s’est alors renseigné sur les sièges de groupe 2/3. Ca fait sacrément bizarre de passer sur un réhausseur pour son enfant, qui me parait encore si petit.

Là encore, le choix est très vaste. On trouve de tout. Des galettes les moins sécuritaires, à des sièges bien notés. Des sièges plus accessibles que d’autres, des sièges qui peuvent être proposés avant les 18 kilos mais qui suivent l’évolution de l’enfant, par exemple avec un bouclier.

Nous avons longuement navigué sur Sécurange pour choisir notre siège 2/3. C’est un choix hyper important je trouve car ce siège, c’est censé être le dernier de notre enfant, si tout se passe bien. C’est un siège évolutif qui va le suivre de ses 15/18 kilos à ses 36 mois / 12 ans. Il faut donc prendre le temps de bien comparer, réfléchir, voir ce qui peut passer dans notre voiture, et mettre le prix si cela est nécessaire, c’est largement rentabilisé sur la durée à mon sens. Sur le site Sécurange, on trouve finalement 29 sièges réhausseurs qui sont recommandés.

Notre choix s’est porté sur le Joie Duallo.

siège joie duale

En toute transparence, ce choix a été fait parce que la marque m’a contacté pile poil au moment où je cherchais un nouveau siège. Je reste encore une fois transparente, en vous disant que nous avons pas mal échangé avec la marque. J’ai choisi ce modèle parce qu’il a été testé par l’organisme indépendant ADAC (« crash-testé », comme on le dit dans le jargon). J’étais plus confiante en connaissant les notes de ces crashs-tests, et je préférais aussi pouvoir parler d’un siège recommandé par l’équipe Sécurange. Les autres modèles que l’on a pu me proposer n’ont pas été testé par l’ADAC, bien que Joie suit bien évidemment toute une procédure de tests internes afin de contrôler la sécurité des sièges proposés, la conformité aux normes européennes, avant de les mettre sur le marché.

Ce réhausseur, siège auto de groupe 2/3, est proposé aux enfants qui pèsent au moins 15 kilos, et jusqu’à 36 kilos. Il est donc destiné à un usage à partir de 4 ans environ, selon les mensurations des enfants. Le capitaine pèse 18 kilos à 3 ans et 8 mois. Je vous conseille tout de même de laisser votre enfant le plus longtemps possible en dos route. Et, surtout, de passer à un siège rehausseur le plus tard possible, si possible pas avant 4 ans ou 18 kilos. On est sur un siège qui s’utilise avec la ceinture de sécurité de la voiture, soit une ceinture à 3 points. Ca demande à ce que l’enfant soit assez développé notamment au niveau de sa musculature pour amoindrir les conséquences en cas de choc.

Il est relativement simple à installer.

C’est un siège Isofix, qui nécessite donc que votre véhicule soit équipé de fixations isofix. Les photos suivantes vous montrent l’installation du siège dans une voiture C4 Picasso. Je vous recommande de vérifier la compatibilité du siège avec votre véhicule et de consulter attentivement le mode d’emploi pour installer votre siège. En effet, un siège mal installé n’assure pas la sécurité optimale à votre enfant, ni aux autres utilisateurs du véhicule.

installation siège joie duale

Côté crash-tests, il a obtenu les résultats « bon » en choc frontal et « bon » en choc latéral (avec une note en sécurité de 70%).

Le siège comprend de chaque côté un bouclier de protection contre l’impact, composé de plusieurs couches. Il suffit simplement de le déployer pour assurer une protection supplémentaire à l’enfant en cas de choc latéral.

bouclier sécurité siège joie duale

C’est un siège qui me semble confortable pour l’enfant.

Mon capitaine ne s’est jamais plaint. Il m’a toujours dit être bien installé, et s’est même endormit à plusieurs reprises dedans, ce qui n’était pas arrivé depuis très longtemps avec son ancien siège. On peut régler la profondeur du siège. Le bouton se situe à l’avant du siège, au niveau de l’entre-jambe. Le repose-tête se monte afin de s’ajuster à la taille de l’enfant (la manette se trouve au dos du siège).

Les résultats obtenus aux crash-tests permettent de le retrouver dans les sièges recommandés par Sécurange, pour un prix abordable. Il est vendu aux alentours de 170 € mais on peut le trouver en soldes.

Ce qui me semble un peu moins bien pensé pour ce siège est l’ajustement de la ceinture de sécurité.

Il faut d’abord passer la ceinture dans un guide spécial. Il se trouve au niveau du repose-tête et se présente en forme de « s ». Ensuite, il suffit d’attacher la ceinture, en faisant attention de passer également celle-ci au niveau des guides qui se situent sous les accoudoirs du siège. Le guide spécial en forme de « S » peut entrainer une vrille sur la ceinture. Assurez-vous de supprimer cette vrille avant de rouler. En effet, la vrille peut donner du lâche à la ceinture qui ne se rembobinera pas correctement. En cas d’accident, la ceinture étant trop lâche, votre enfant sera moins sécurisé.

ceinture dans siège joie duale

C’est un coup de main à prendre. Lorsque l’on comprend le système, l’installation de l’enfant devient plus facile. Je dois avouer que je ne suis pas forcément très logique sur ce genre de chose. Il m’a fallut du temps pour bien comprendre le système. Maintenant, j’attache mon enfant plus facilement et surtout plus rapidement. Le plus important à mon sens est de bien vérifier que la ceinture est correctement installée au milieu du guide, afin qu’elle puisse se rembobiner dès que besoin.

Enfin, une amélioration à prévoir sur ce siège serait un point repère sur la têtière afin d’indiquer aux parents à quel niveau régler celle-ci.

Certains sièges prévoient en effet un petit signe distinctif indiquant aux parents où les yeux de l’enfant doivent se situer afin d’assurer un bon réglage du siège. Ici, rien est indiqué, ce qui ne facilite pas forcément le réglage.

En fin de compte, le siège Duallo de Joie est un siège qui répond aux exigences de l’association Securange en terme de sécurité, plutôt bon marché dans sa catégorie, mais qui nécessite de bien prendre en main l’installation de la ceinture une fois l’enfant dans le siège pour assuré un maximum de sécurité.

J’ai maintenant pris le coup de main et suis satisfaite de ce siège. Ca fait bizarre de voir son enfant maintenu maintenant avec la ceinture de sécurité. Je vous avoue également que j’avais (très !) peur au début, qu’il ne se retire de son siège. Il a en effet beaucoup plus de liberté de mouvement que lorsqu’il était dans un siège à harnais. Mais mon grand a très bien compris nos consignes de sécurité. Il ne sort pas ses bras de la ceinture, n’essaye pas de sortir son corps du siège. On a pris le temps de bien lui expliquer nos règles de sécurité, et il les respecte. Un signe qu’il grandit encore ! Par contre, je déconseille ce siège pour un enfant plus jeune. Il faut vraiment que l’enfant ait conscience qu’il doit bien rester dans le siège, ne pas en sortir. Et il faut aussi que les parents vérifient ce que l’enfant fait.

A retrouver ici actuellement au prix de 154,95 €

siège joie duallo et enfant de 4 ans

Produit offert par la marque, merci. 

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :