Noël VieDeMaman

Le choix de ne pas faire croire au Père Noël

16 décembre 2016

Ahhhhh, Noël, sa magie, ses moments passés en famille. J’adore cette fête et toute la féérie qui l’entoure. Regarder les enfants dans un état d’euphorie totale, voir ces étoiles si particulières dans leurs yeux. Au fil des années, je ne m’en lasse pas ! D’abord avec mes petites nièces, maintenant en tant que maman, je savoure toujours autant (ou plus encore !) ces moments si particuliers ! Mais, aujourd’hui, le capitaine a 2 ans et demi. Il commence à comprendre ce qui se passe à Noël, il reconnait le Père Noël … Et moi, je m’interroge sur le fait de le laisser croire au Père Noël ou non. Oui, oui, vraiment !

Mais pourquoi donc ne pas vouloir faire croire au Père Noël ?! Noël, c’est magique ainsi, non ?

Ces derniers temps, je me suis posée beaucoup de question quant à l’intérêt, aux avantages et aux inconvénients, de faire croire nos enfants au Père Noël.

D’abord, en premier lieu … Le personnage en lui-même.

Si on regarde bien les scènes où les enfants croisent un Père Noël, la plupart en ont peur. C’est bizarre ça, un gros bonhomme rouge qui te donne des cadeaux, pourquoi en avoir peur ?! En fait, ça me parait tellement logique quant on pense au chantage que certaines personnes font autour de la distribution des cadeaux. Que peut penser un enfant à qui on dit qu’il n’aura pas de cadeaux si il n’est pas sage ? Que peut penser un enfant de quelques années seulement, dont la distinction imaginaire/réelle n’est pas encore faite, lorsqu’on lui dit que le Père Noël voit et entend tout ? Qu’il rentre dans nos maisons pour y déposer des cadeaux ? Rien qu’à l’idée de me mettre à la place de ces enfants, je comprends bien leur crainte. Il y a de quoi avoir peur, tout de même !

J’ai lu il y a peu de temps un article dans le journal Sud Ouest qui mentionnait en effet cette crainte du Père Noël. Ca se remarque d’ailleurs lorsqu’on leur demande de représenter la période de Noël. Très peu dessinent des Pères Noël, ce qui ressort le plus souvent étant le sapin …

De notre côté, nous sommes bien d’accord avec PapaPapa pour refuser que ces chantages se retrouvent chez nous. Quel intérêt avons-nous à menacer notre enfant sur le fait qu’il ne sera gâter qu’en fonction de son attitude ? Si on se met à la place de nos enfants, comment vont-ils prendre et accepter ce chantage lorsqu’ils apprendront que, finalement, le Père Noël n’existe pas ?! Puis, je refuse de jouer avec la crédulité de mon enfant !

Je ne fais pas croire au Père Noël

Noël 2016

Ensuite, le mensonge, bien évidemment.

Chacun pense ce qu’il souhaite sur ce point. Pour sur, je ne remet pas en question l’importance de laisser l’imaginaire de nos enfants se développer. Mais il me semble, à mon sens, qu’il y a une différence entre les laisser créer leur propre imaginaire et les inciter à suivre une imagination qui n’est pas la leur, et que l’on fait en plus passer pour réel. Je trouve la tromperie trop importante pour accepter de la transmettre à mon enfant. On mélange ici, dans cette tradition, l’imaginaire que peut se créer nos enfants, et une réalité « fausse » qu’on leur transmet. Même si c’est mignon de voir certaines réactions des enfants. Comme ceux qui disent avoir aperçu le traîneau du Père Noël dans le ciel, le 24 au soir !

Bien évidemment, je laisse mon enfant imaginer, créer des histoires, des personnages. Cependant, je garde en tête que d’ici peu de temps, lorsqu’il aura 4-5 ans, il commencera doucement à faire la différence entre le réel et l’imaginaire. Je ne souhaite pas alimenter la réalité qu’il perçoit par un être et une légende qui sont quant à eux imaginaires, malgré ce qu’on laisse croire aux enfants.

Mais alors, si il veut y croire tout de même y croire ? Il est évident que dans ce cas, je le laisserais imaginer ce qu’il souhaite. On a une réelle différence ici, entre les parents qui décident de faire croire au Père Noël, donc qui transmettent comme réelle une légende, et l’enfant qui, de son propre chef, s’imagine cette légende.

Puis, la commercialisation de cette légende.

Le mythe du Père Noël a été remis sur le devant de la scène par la célèbre marque Coca-cola. Aujourd’hui, on ne peut plus le nier, cette fête s’est commercialisée. Bien trop à mon goût. Alors oui, en jeune maman que j’étais lors des deux premiers Noëls de mon petit garçon, j’ai souhaité le gâter, et je l’ai même sur-gâté. Aujourd’hui, alors que nous passerons notre troisième Noël ensemble d’ici quelques jours, je me dis qu’il n’y a pas forcément d’intérêt de gâter autant nos enfants.

Bref, pour en revenir au Père Noël. Je pense que la déception de nos enfants, dont la très longue liste établie quelques jours plus tôt n’a pas pu être respectée par le « Père Noël » (ou plutôt nos finances !), ne saurait être exprimée si ce dernier était clairement identifié comme étant un personnage imaginaire. Bien évidemment, ce n’est pas sur cet argument que je me base quand je me pose la question de savoir si je souhaite faire croire au Père Noël à mes enfants.

Mais le fait d’exclure du réel le Père Noël nous permet de transmettre de réelles valeurs à nos enfants, à mon sens. Le partage, la générosité, le plaisir d’offrir, d’imaginer un cadeau, de le concevoir ou de le chercher … D’agir soi-même pour apporter de la joie auprès de ses proches. Et là, pour moi, Noël prend tout son sens. Passer un moment en famille, avec ses proches, partager, échanger, et faire plaisir.

Ne pas faire croire au Père Noël

Premiers Noëls et crédulité de jeune maman quant au nombre de cadeaux au pied du sapin !

Des cadeaux personnalisés et … Réduits en nombre !

J’imagine très bien faire des cadeaux personnalisés avec mon petit garçon pour chaque personne qu’il aime et qui ont de l’importance pour lui. Réfléchir à ce qui ferait plaisir à telle personne, à ce que nous aimerons faire …

Enfin, je me rends compte qu’un nombre réduit de cadeaux peut apporter autant de joie à nos enfants. Leur laisser en choisir un ou deux, sélectionner un livre, un cadeau utile (tel qu’un vêtement, des crayons, un loisir créatif …), et un qui nous fasse vraiment plaisir. Cette petite liste, elle m’apporte de la joie. Je me vois mieux partir sur cette base simple plutôt que d’offrir 10 cadeaux sélectionnés dans un catalogue publicitaire, dont la moitié ne sera jamais utilisée, et l’autre ne nous plaira pas, à nous, parents. Et transmettre ainsi à mon enfant que non, on ne peut pas tout demander ni tout avoir. (Mais il ne manque de rien, rassurez-vous !).

Enfin, la réaction de nos enfants lorsqu’ils apprendront que ce gros bonhomme rouge n’existe pas.

Lorsque l’on vous ment, que resentez-vous ? Un sentiment de trahison ? Une perte de confiance ? Vous êtes vexés ? Déçus ? Et bien nos enfants aussi. Lorsqu’ils apprendront que le Père Noël n’existe pas, à 6, 7 ou 10 ans, ils auront également cette même réaction. Parce qu’ils sont en âge, depuis quelques mois ou années, de comprendre que ce personne est mythique. Mais que nous, parents, auront entretenus ce mensonge. Ils peuvent nous en vouloir, c’est évident, et compréhensible. Je ne souhaite pas connaitre la réaction de mon enfant en apprenant que le Père Noël n’existe pas.

Bon, et tout de même … J’avoue que je crains un jour être confrontée à la situation dans laquelle mon petit garçon, sachant que le Père Noël n’existe pas, aille le répéter à d’autres enfants ! Seulement, en expliquant à notre enfant que d’autres familles ont fait un choix différent, par tradition ou par religion, on évite cette situation !

Choix de ne pas laisser nos enfants croire au Père Noël

Quoi qu’il en soit, tout ce que j’ai pu écrire dans ce billet ne me concerne que personnellement. Je pense que, même si nous faisons le choix de ne pas faire croire au Père Noël à nos enfants, nous pouvons tout à fait garder et entretenir la magie de Noël. Le Père Noël fera partie de la tradition de Noël, chez nous. Mais, pour autant, mon enfant sera au courant qu’il ne s’agit que d’un personnage imaginaire. Et qu’on peut très bien s’amuser avec ce personnage imaginaire. Par exemple par la lettre au Père Noël que nous ne nous privons pas d’écrire chaque année !

Et toi, as-tu déjà pensé à ne pas faire croire à tes enfants que le Père Noël existe ? 

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply plumepicoti 16 décembre 2016 at 8 h 36 min

    A 4-5 ans on est encore plus dans l’imaginaire que tu ne le crois :) Je le vois avec Alice, elle croit dur comme fer au Père Noël, aux fées, aux princesses, aux sorcières et toutes ces choses là ! Je pense que la « magie de Noël » et l’histoire du père noel que l’on instaure petit à des répercussions à cet âge là :)

    Elle croit au Père Noël, parce qu’ils en ont parlé à l’école. Cette année, je lui ai dis que le Père Noel était quelqu’un de magique qui représentait tous les gens qui l’aiment, et qu’elle avait des cadeaux parce que des personnes autour d’elle l’aimait (en lui disant bien « papa, maman, mamie, papy etc)

    Du coup, je pense, et j’espère, que le moment venu où elle nous dira qu’il n’existe pas (à l’âge où elle ne croira en fait plus à l’imaginaire tout simplement et normalement), on lui expliquera qu’il est dans le coeur de ceux qui l’aiment :) Et il n’y a pas trahison, puisque nous ne lui avons jamais menti là dessus, et elle comprendra les mots que je lui ai expliqué cette année.

    Pour les cadeaux pour les proches, tu as tout le temps de le faire avec eux :) Et au pire, le Père Noël, il est surtout là pour les enfants chez nous et elle le sait :)

    Quand j’avais fais une formation sur les enfants, j’avais été surprise de me rendre compte à quel point la part de l’imaginaire est importante pour eux, entre 3 et 7 ans, elle les aide à grandir et à créer des histoires, à jouer, c’est une étape de leur développement et leur psychologie tout à fait normale, comme il sera normal qu’ils grandissent et s’en détachent (sinon, ils souffrent de certains soucis psychologique ;))

  • Reply angeliquemarquisedescouches 16 décembre 2016 at 9 h 00 min

    Je te comprends tout à fait !! Ici je ne veux pas qu’elle y croit (par principe religieux : je suis protestante, Noël c’est la naissance de Jésus c’est tout !), mais monsieur papa lui est d’un autre avis… ajoute à cela la pression familiale des deux côtés….. Ben on ne me laisse pas trop le choix !!!!

    • Reply Elodie 16 décembre 2016 at 21 h 16 min

      Aie aie aie, en effet, j’espère que vous trouverez le compromis qui vous conviendra à tous !! Je ne savais pas que Papa n’était pas pratiquant (enfin peut être j’en sais rien et puis ça ne me regarde pas forcément non plus ^^). Et pour la famille … Grrr !

      • Reply angeliquemarquisedescouches 16 décembre 2016 at 21 h 26 min

        Eh non !! Papa n’est pas croyant! Et ça c’est pas forcément facile ! On est un couple mixte mais dans l’autre sens : une croyante et un non-croyant !

      • Reply angeliquemarquisedescouches 16 décembre 2016 at 21 h 27 min

        Pour la famille… ils ne comprennent pas… sachant que je suis la seule protestante… c’est pas Simples

  • Reply pellicule de vie 16 décembre 2016 at 9 h 13 min

    J’adore ton article.. J’ai eu, étant petite, un mauvais souvenir de ça. Du faite que c’était ma mère qui mettais les cadeaux sous le sapin et qu’elle m’avait menti. Ici, clairement, on ne fête pas noël, point de vue religieux et aussi parce que l’on pense qu’on ne doit pas forcément être à noêl pour passer un bon moment en famille. Difficile pour la belle-famille de l’accepter.. Nos enfants ont des cadeaux, mais entre saint-nicolas et noel. Le 2e croit à saint-nicolas, il a 3 ans et demi donc le le laisse croire pour ne pas rentrer en conflit avec mais dès qu’il sera en âge, je lui dirais qu’il n’existe pas. . Le grand sait pour saint-nicolas depuis longtemps mais n’a jamais rien dit à ses copains par respect.. C’est ton choix à toi et il faut le respecter.

  • Reply Mam'Weena 16 décembre 2016 at 9 h 27 min

    Pour moi, il y a une différence entre FAIRE croire et LAISSER croire au père Noël. Pour l’instant, FeuFolet est encore un peu petit pour s’en rendre compte, mais dans l’idée, je lui parle du père Noël comme un personnage légendaire sans non plus insister dessus, ni utiliser le chantage au père Noël.
    Après, le ressenti de chacun dépend aussi de comment il a vécu la découverte du pot aux roses. Moi, ça c’est fait très progressivement, sans douleur, ni révolte. J’espère pouvoir faire pareil pour mes enfants

    • Reply Elodie 16 décembre 2016 at 21 h 17 min

      Alors oui, là, je suis d’accord avec toi pour la différence. Je n’irais pas à contre-sens de ce que souhaite et pense mon petit garçon, je me suis peut être mal exprimée dans mon article !! Pareil de mon côté, pas de douleur, ni de révolte, ni rien. Mais je vois certaines réactions d’enfant dans certaines familles que je ne voudrais pas connaitre avec les miens .. !

  • Reply Elo22 16 décembre 2016 at 12 h 14 min

    Merci pour ton article très intéressant, pour mes deux grands nous avons joué le jeu à fond pour le père Noël et quand je vois mon 3eme qui a 4 ans être angoissé , me dire qu il n aime pas le père Noël, qu il a peur… Je me pose énormément de questions aussi, je ne veux pas entretenir son malaise, alors cette année mon discours change aussi, et je te rejoins totalement sur l envie de retrouver le partage, d apprendre à faire plaisir…. Encore merci pour ta réflexion. Bonne journée

    • Reply Elodie 16 décembre 2016 at 21 h 21 min

      Ah oui si ton 3e est angoissé et pas à l’aise avec le père noël c’est différent aussi !! Pauvre petit chou. En effet, adapter ton discours ne peut qu’être bien pour lui ! Bon courage en tout cas j’imagine que ça n’est pas évident !!! Et merci à toi pour ton commentaire … Vive la magie de Noël :)

  • Reply maman est occupée 16 décembre 2016 at 15 h 10 min

    Les loulous ne croient plus au Père Noël, c’est terminé. Pour autant, je ne me sens pas coupable de les avoir trahi ou menti : mon seul but quant à les laisser croire au Père Noël était de leur apporter un surplus de féérie pendant les fêtes. J’assume totalement, moi-même, mes parents m’ont laissé croire au Père Noël tant que je le voulais, je ne leur en ai jamais voulu, bien au contraire, je suis bien contente d’avoir ressenti cette magie.

    • Reply Elodie 16 décembre 2016 at 21 h 20 min

      Et je ne veux surtout pas transmettre un sentiment de culpabilité envers ceux qui décident quelque chose de différent de nous, ce n’est pas mon but (et je m’en excuse si ça a été le cas !). C’est super de lire que tu n’as pas été déçue lorsque tu as su que le Père Noël n’existait pas, envers tes parents. C’est cette réaction qui peut arriver (bien que ça ne soit qu’une minorité des enfants, et heureusement !!!!) qui me fait un peu peur.

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :