Côté parents

Le début de notre allaitement : du plus et du moins

17 novembre 2017

Si il y a bien une chose pour laquelle je ne me suis posée aucune question lors de ma grossesse, c’était l’allaitement. Comme une évidence, j’allaiterais ma plume, comme je l’ai fait avec mon capitaine. Naturellement, ce choix d’alimentation s’est imposé à moi, à nous. Je savais comment ça fonctionnait, je me suis tout de même renseignée sur une préparation « en amont », sans toute fois mettre quoi que ce soit en place. J’ai attendu longuement ce moment, restant sur une fin d’allaitement difficile à digérer avec mon capitaine.

Ma plume m’a offert une merveilleuse rencontre lactée. A quelques minutes de vie, elle s’est accrochée à moi, restant là, paisible, pendant près de 2 heures. Rien ne pouvait rompre ce lien qui se créait, les sages-femmes nous ont laissé le temps dont nous avions besoin avant de la toucher, de lui faire ses premiers soins. Nous nous découvrions ainsi, tous les trois, naturellement. Nous étions dans une bulle que personne ne pouvait éclater. Quel bonheur !

Les premiers jours se sont très bien passés. J’ai suivi mes convictions et laissé ma plume prendre son rythme. J’ai entendu la recommandation de la sage-femme me disant qu’il ne fallait pas la laisser sans manger plus de 6 heures, mais elle, ma plume, avait besoin de dormir, alors j’ai respecté son besoin. Elle a dormit, longuement, puis elle a mangé. Après avoir perdu 200 grammes le premier jour, elle a gardé son rythme de sommeil, je l’ai laissé répondre à son besoin de repos. Je ne pensais donc pas qu’elle aurait repris beaucoup de poids à J3. Et pourtant, surprise ! +100 grammes. Ce « V » de la victoire, comme le disait si bien l’auxiliaire de puériculture, affiché sur son carnet de santé sonnait le retour à la maison pour nous. J3, – 10 grammes. On nous laisse tout de même rentrer à la maison.

S’en suit 5 jours où ma plume n’aura pas repris un gramme.

Elle en aura même reperdu 10 petits. Je ne m’inquiète pas, je lui fait confiance, elle mange régulièrement, s’apaise elle-même. Mais les régurgitations font rapidement leur apparition. Nous n’avions jamais connu ça avec le capitaine. Lui, c’était plutôt le bébé qui mange, mange, mange et profite. Il a très vite pris beaucoup de poids avant de stagner. C’est un grand garçon, il frôle les hauts des courbes, et il est en très bonne santé.

Première ombre au tableau.

le début de l'allaitement

Notre route a croisé des professionnels de santé qui ne s’y connaissait peut être pas en allaitement. On nous a très vite parlé de compléments, de contrôle du poids tous les 2 jours voir tous les jours. De production de lait trop faible. Pourtant, j’étais convaincue d’avoir du lait. J’ai eu une longue montée de lait, et des écoulements qui ne pouvaient qu’aller en ce sens. J’avais beau indiquer à ces professionnels que ma fille régurgitait pas mal, le souci venait de mon lait, de moi.

J’ai eu une prise de conscience le jour où j’ai revu la sage-femme avec qui j’ai préparé mon accouchement. Elle m’a certifié que j’avais du lait, qu’il fallait que je me fasse confiance, et qu’il fallait arrêter d’avoir des pensées pessimistes. Elle s’est aussi un peu moquée de mes inquiétudes, elle a trouvé des petites failles chez moi dans laquelle elle a pénétré. Je suis quelqu’un de très sensible, je pleure très facilement. Ca n’a pas loupé. Après cette rencontre, je me suis sentie très vulnérable. On avait tapé là où ça fait mal, là où j’avais entièrement confiance en moi, surement le seul point de confiance de mon corps et de mon esprit. Je me suis sentie à la fois malmenée mais, bizarrement, un peu plus sûre de moi. Je savais que le soucis ne venait pas de notre lait.

J’ai alors arrêté de contrôler son poids.

Au fil des jours, de jolies formes se sont dessinées sur ma plume. Elle a pris de belles joues, un petit double menton qu’on a juste envie de croquer. Elle a un joli ventre arrondi. Et elle a commencé à nous faire des sourires très vite, un peu avant ses 4 semaines. Les régurgitations ont diminué aussi. Tout allait bien. Nous étions rassuré, nous savions qu’elle était en forme et qu’on pouvait lui faire confiance.

1 mois de toi, ma plume.

Hier, nous avons rencontré une nouvelle pédiatre. Nouvelle, car nous cherchons encore CE professionnel qui saura nous accompagner et qui aura tout aussi confiance en notre allaitement que nous-même. Et là, surprise. Je lui ai expliqué ses débuts de vie où elle n’a pas pris de poids et où on nous a inquiété, mais que maintenant tout allait bien, elle avait de jolies formes. La pédiatre m’a alors dit que si elle avait trop pris, on la mettrais au régime. Elle a du voir la tête que j’ai fait à mon chéri, qui voulait dire « on part !! », puisqu’elle a rajouté « je rigole ».

Vient le moment de la pesée. Ma plume n’aurait pris « que » 140 grammes en 13 jours. Nous avons eu le droit à « je ne comprends pas », « ça me parait bizarre », « il faut qu’elle prenne minimum 150 grammes PAR semaine », « il faudrait la compléter ». « Il faut que vous tirez votre lait, vous devez avoir au minimum 100 ml, pour comparer à un bébé au biberon qui doit boire à cet âge 120 ml ». J’ai rien dit, j’ai pris sur moi. J’ai entendu ses paroles, mais je ne les ai pas écouté.

Ma fille va bien, je le sens. Elle a un rhume depuis 2 jours, ça l’embête. Elle régurgite de nouveau un peu plus, du coup. Mais elle mange, elle se réveille régulièrement pour manger, je l’entends très bien déglutir, et j’ai du lait. On essaye de nous stresser. Ca ne marche pas, j’ai confiance cette fois-ci.

Je ne veux pas les écouter et les faire foirer notre allaitement.

Notre belle aventure. Celle qui nous permet de créer un lien incroyable.

Ces premiers jours de vie me font confirmer une chose, une seule : la clé de l’allaitement, c’est la confiance en soi, la confiance en nous.

Chaque bébé est différent. Elle va à son rythme, nous allons à notre rythme.

Et puis, pour que cet allaitement se passe bien, j’ai aussi quelques outils matériels.

Ceux qui me sont indispensables aujourd’hui, ce sont les coquillages d’allaitement bébé nacre. Je les porte depuis sa naissance, et je n’ai eu aucune douleur.

Après, si vous souhaitez allaité, je vous conseille également de vous équiper de (très) bons soutien-gorges. Je vous conseille d’ailleurs d’attendre d’avoir accouché pour investir dans des soutiens-gorges d’allaitement. Tous ceux achetés lors de la grossesse ne me vont niveau taille et confort. Du coup, je tourne actuellement avec trois soutien-gorge : un Carriwell qui comprend du gel, mais que je ne supporte pas trop, un Mamsy, et un Anita, mon préféré. Je l’ai payé cher, il n’est pas très joli, mais il est si confortable.

Par la suite, j’utiliserais un tire-lait Mam, lorsque j’en aurais besoin. Je ne compte pas arrêter d’allaiter à la fin du congé maternité, il me faudra de quoi pouvoir tirer mon lait pour la nourrir lorsque nous ne serons pas ensemble. Je n’utilise rien d’autre.

Et n’oubliez pas : l’essentiel, dans l’allaitement, c’est d’avoir confiance en vous ! 

Et vous, vous avez allaité ? Combien de temps ? 

début allaitement

You Might Also Like

13 Comments

  • Reply Marine 17 novembre 2017 at 21 h 32 min

    Encore moi, décidément, vos articles m’inspirent depuis hier !

    Je suis justement en pleine remise en question au sujet de l’allaitement à cause d’une sage-femme … clairement pas pour l’allaitement (quoi qu’elle en dise…)

    Moi qui trouvais ça tellement naturel, j’en arrive aujourd’hui à douter de ma capacité…
    Alors merci pour votre article qui me confirme qu’il va falloir m’armer d’une sacrée dose de confiance pour mener à bien mon projet d’allaiter ! Mais qui montre que c’est POSSIBLE en 2017 d’allaiter son enfant, OUF !

    Je ne pensais pas que les préjugés sur l’allaitement étaient encore tellement d’actualité ! J’aurais tout entendu, avant même d’avoir mon enfant dans les bras !

    J’habite sur Bordeaux aussi, alors si vous trouvez THE pédiatre, je veux bien être informée :)

    Bonne soirée et merci pour le partage d’expérience !

  • Reply Le ray 17 novembre 2017 at 21 h 36 min

    Coucou l’allaitement est pas simple au début , fatigue , douleur etc
    Du moment que tu vois qu’elle déglutit et quelle a des couches bien mouillés plusieurs fois par jour c’est que tout roule …
    Je crois que se faire confiance est oui très important puis quand il y a les pics de croissance ou le bébé est tout le temps au sein et nous on a limpression d’avoir les seins vides sans lait ….
    Ici bientôt 7 mois d’allaitement mais je vais stopper car reprise du travail et je finis tard .. donc je l’aurais allaiter 7 mois et demi et si j’aurais pu je continuerais car vraiment une fois que l’allaitement est mis en place il y a aucun point négatif .
    Profite de tout ses moments et faite vous confiance et sinon demande conseil sur des groupes Facebook allaitement ça fait du bien d’échanger de parler ..

  • Reply angeliquemarquisedescouches 17 novembre 2017 at 21 h 51 min

    Tu as raison ! Fait toi confiance et fais lui confiance !!
    Et n’écoutes pas ce genre de personne !!!
    Plein de bisous

  • Reply Jessica Thebault 17 novembre 2017 at 21 h 52 min

    Cc, jallaite actuellement mon 1er bébé, mon petit bonhomme qui aura 3mois demain. J’ai de la chance, ma pédiatre et ma sage femme sont pro allaitement. Même si au 1er rdv, la pédiatre m’a déplue avec ses tout premiers mots «vous avez assez de lait ?» bah oui bien sûr que oui! Mon fils mange à sa faim, il s’endort souvent au sein, ne réclame pas ensuite, et on le voit pousser comme un champignon alors pas de doute! Elle en a été convaincue à chaque pesée depuis. Ici j’ai décidé d allaiter pendant la grossesse, avant je n’y avais pas vraiment réfléchi. Mais je ne regrette pour rien au monde! De 1) on leur donne ce qu’il y a de meilleur pr eux 2) c’est un moment tellement intense à vivre entre mère et bébé 3) quel gain de temps et d argent de ne rien avoir à acheter et à préparer ! Un bonheur pour nous qui, en plus, voyageons beaucoup car vivons loin de nos familles. Bébé avait un petit frein de langue et était très très fatigué de l accouchement car ca a tardé sur la toute fin. Du coup, comme a toi, on avait dit qu’il fallait le réveiller, le faire manger ++ mais il a progressivement pris son rythme. A cause de son frein, il galerait à attraper le teton, et une sf de la mater voulait direct lui mettre un complément sans chercher à comprendre pq il n’y arrivait pas. J’avais prévu des bouts de sein silicone «au cas où», ils nous ont sauvés à la mater car bébé arrivait enfin à téter. Aujourd’hui, frein coupé à 2 mois, les bouts de sein ne servent que le matin quand, après 12h sans tétée les sseins sont trop à bloc pr qu’il arrive à attraper le teton haha. En tout cas bon courage à toi pr la suite, ca passe tellement vite..!

  • Reply mouleflex 17 novembre 2017 at 22 h 09 min

    Très bel article.
    J’ai allaité 1 mois en exclusif puis 2 autres mois en mixte. Avec du recul, je sens que je n’ai pas été assez bien conseillé et je n’ai pas assez posé de questions. Du coup je me préparerai + le jour où j’attendrai le second.
    Je suis contente de voir que la confiance en soi est primordiale et que tu veilles à le faire pour toi. Je te souhaite un très bel allaitement. ❤️

  • Reply Lorene 17 novembre 2017 at 22 h 24 min

    Bonsoir, j’ai 3 enfants que j’ai allaité 13 mois le 1er, 24 mois la 2 ieme et la petite dernière qui a 16 mois est toujours au sein.
    Je n’ai jamais eu de problème pour allaiter hormis 1 ou 2 crevasses et un engorgement au 3 ieme allaitement, j’ai pris mon mal en patience et tout est rentré dans l’ordre.
    Je n’ai pas souvenir qu’on ait essayé de me faire passer aux compléments ou me dissuader…
    Si vous rencontrez des problèmes, des inquiétudes au cours de votre allaitement, vous pouvez prendre contact avec la leche league je pense qu’elles pourront vous rassurer et vous guider pour vivre au mieux cette magnifique aventure..
    Bonne soirée et continuez à vous faire confiance.

  • Reply Servane 17 novembre 2017 at 22 h 50 min

    J’ai allaité mon fils 4 ans et si j’avais écouté les professionnels de santé (sauf mon adorable médecin qui m’a soutenue) j’aurais arrêter à 3 semaines / 1 mois comme pour ma fille… comme vous une très faible prise de poids et c’est la panique : des pesées constamment, des compléments,… pour mon fils je me suis fait confiance, je lui ai fait confiance et je suis plus que fière de mon allaitement! (Bon du coup j’ai encore plus de regret pour ma fille ms c’est une autre histoire lol)

  • Reply Mam2876 18 novembre 2017 at 3 h 41 min

    Moi j’ai allaitee mes trois loulous en mixte pendant 2 mois (biberon, sein, tire lait pour biberon que papa donnait la nuit) et ils se portent à merveille Continez à vous écouter c’est vous qui décidez pas les autres Bon courage

  • Reply Josy 18 novembre 2017 at 23 h 03 min

    Bonsoir, j’ai allaité mes deux loulous 6 mois et demi et 7 mois et demi. Pour la deuxième, tout s’est passé comme sur des roulettes, un pur bonheur du début à la fin. Mais pour le premier ce fut plus qu’éprouvant! La montée de lait à été très tardive, les crevasses énormes puis j’ai fait une candidose et pour finir, un petit kyste à un mamelon! Mais mon envie d’allaiter était viscérale et je ne pouvais me résoudre à m’arrêter pour être mieux soigner. Ce qui ma beaucoup aidé c’est que mon cher et tendre m’a toujours soutenue, plutôt du genre à me tenir la main lorsque je mettais mon petit au sein et que mes larmes coulaient à cause de la douleur…Lors des cours de préparation à la naissance, la sage femme avait très bien expliqué les différentes phases de l’allaitement et notamment les pics de croissance pendant lesquels il faut surtout écouter son bébé et le mettre au sein quand il le réclame. Enfin à l’hôpital certaines sages femmes étaient formées spécialement pour accompagner les mères allaitantes. Elles m’ont toujours dit de rester confiante et que les choses finiraient par rentrer dans l’ordre. Ça a mis deux mois mais après ça, ce fut un pur bonheur!
    Je pense que la clé de l’allaitement tient en deux points : la confiance en soi et l’accompagnement. Plus on en sait sur le processus d’allaitement, mieux on peut réagir au fur et à mesure des besoins de notre bébé.
    Surtout ne pas hésiter à appeler les mères de la leche league (lllfrance.org). Elles peuvent être de très bon conseil quand parfois le moral baisse ou qu’on a des questions.
    Bon courage

  • Reply Mathilde 19 novembre 2017 at 22 h 56 min

    Ça me met hors de moi de voir les conseils de « professionnels », ils sont tellement mal formés sur l’allaitement qu’ils nous disent n’importe quoi a cause de quoi certaines mamans foire leur allaitement (donner un complément en bib c le début de la fin )… heureusement qu’aujourd’hui on a inernet, les forums, on sait se faire nos propres opinions, se renseigner, se préparer, se rassurer !
    J’ai eu droit carrément à « mais à 1 mois c pas normal qu il tète ttes les heures, normalement c au moins 2h d’ecart entre les tétées, il vous faut le faire patienter, quitte à le laisser pleurer un peu, il va se caler petit à petit » a quoi g répondu « oui oui »
    Ma pédiatre aussi m’a dit que je devais donner de l’eau à mon fils pck le lait ne désaltère pas et en plus il est chaud là bonne blague

  • Reply mamansurlefil 20 novembre 2017 at 10 h 04 min

    Quelle est compliquée cette aventure de l’allaitement ! As-tu contacté la Leache League ? Tu serais peut-être mieux entendu ? Le personnel soignant, pédiatre et autre ne voit que les chiffres et le médical mais ne sont finalement pas formés à l’allaitement et n’y connaissent pour beaucoup pas grand chose ! Je suis toujours effarée de ce manque d’humanité des gens, qu’ils soient soignants ou non !

    Alors, gardons ta conclusion… faisons nous confiance !

    Virginie

  • Reply Coccinelle et coquelicot 28 novembre 2017 at 12 h 02 min

    Merci pour ces jolies mots. J’ai allaité ma première 8 mois mon deuxieme 25 mois…Et j’ai hâte de recommencer…ds quelques mois. Tu as raison la clé est la confiance…Et surtout ne pas écouter tout les blablas

  • Reply Bébé nacre, mon astuce pour un allaitement non douloureux - MumPasCap ! 12 décembre 2017 at 20 h 30 min

    […] vous le disais il y a quelques semaines, le début de mon allaitement a connu du bon et du moins bon. Nous avons eu sur notre dos la pression des professionnels de santé car ma plume ne prenait pas […]

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :