Côté parents

Il y a deux ans, j’apprenais ma grossesse.

20 août 2015

Il y a deux ans, j’apprenais ma grossesse. Bon, 2 ans et 8 jours, j’avoue, je suis en retard ! ;)

Une grossesse voulue, désirée, mais appréhendée ! Comme on dit souvent, ce n’est jamais le bon moment pour vouloir un enfant, tomber enceinte, et attendre cet enfant. Et pour nous aussi, ce n’était pas forcément le bon moment. Mais, franchement, fallait-il attendre encore je ne sais combien d’années avant de décider que c’était le bon moment ? Ce bon moment arrive-t-il un jour ou l’autre ? Je n’en suis pas convaincue !

En tout état de cause, nous avons voulu cet enfant, malgré notre situation. Etudiante, salariée à mi-temps, conditions pas forcément idéales, mais on avait réellement de l’amour à donner à ce petit être qui allait être notre chair.

Ce qui me rebutait le plus, à l’époque, c’était les jugements des autres. Des proches, de la famille, des amis, ou encore des connaissances. Sur ce point, j’avoue m’avoir mis des œillères, et bien que consciente qu’il y a forcément eu des jugements à gauche ou à droite, j’ai préféré ne pas les entendre, les ignorer simplement. Les questions posées sur ma situation étaient bien présentes. « Mais comment tu vas faire avec tes études ? » « Mais tu arrêtes tes études du coup ? ».

Aujourd’hui, finalement, même si  je suis consciente que les choses seraient bien différentes et peut être plus faciles, surement même, il faut bien l’avouer, sans enfant, je ne regrette en aucun cas et à aucun moment notre choix. Oui, parce que c’était réellement un choix, cette grossesse n’est pas arrivée par hasard ni par accident.

J’ai même, selon mon chéri, ma famille et mes amis, beaucoup de mérite. Je ne le vois pas comme ça personnellement ! Mais avoir combiné grossesse, études, et travail à côté, apparemment, c’est un bel exploit ! Et mes proches me le répète souvent (tout le temps même haha !). Mon chéri est fier de moi, et ça me rend plus forte. Ma famille m’a soutenu, et ça m’a rapproché d’elle. Et mes copines, que dire ! Elles sont toutes là à me dire qu’elles n’auraient jamais réussis à faire 1/3 des choses que j’ai pu faire, cette année là ! Qu’elles n’en sont pas au même point que moi, aujourd’hui ! Que j’ai du mérite, que je suis même « exemplaire » pour certaines d’entre elles ! Et franchement, tous ces compliments, j’ai du mal à les voir personnellement. Mais ça me touche, et c’est bien ça le plus important, non ?!IMG_9388

Aujourd’hui, même si notre situation n’est pas la plus idéale, je suis à la fois heureuse, accomplie, fière de ce petit garçon qui grandit à nos côtés, amoureuse x2 !! Et épanouie.

Aucun regret. Les choses auraient pu être différentes. J’aurais pu «profiter plus de ma jeunesse» (puisque oui, apparemment, avoir un enfant c’est mettre fin à sa jeunesse ! Parce que je n’ai pas les mêmes centres d’intérêt, parce que je n’aime pas faire la fête tous les week-ends surement !). J’aurais pu «me concentrer sur mon avenir professionnel». J’aurais pu «trouver un travail à l’autre bout de la France sans « abandonner » ma famille» (oui le chéri ça compte pas ou moins apparemment !). J’aurais pu faire tout ça, c’est clair ! Sauf que, dans ce cas, j’aurais vécu avec beaucoup moins d’amour à mes côtés. J’aurais vécu avec tous mes complexes que j’avais avant lui, avant qu’il me fasse devenir maman, avant qu’il m’apprenne que dans la vie, une des choses les plus importantes, c’est de se trouver soi, et que moi, je me suis trouvée depuis que je suis maman. Depuis qu’il a atterrit dans nos vies, depuis que nous sachions qu’il était là, le 12 août 2013.

Alors oui, les choses auraient pu être différentes. Mais pour rien au monde je voudrais revenir sur tout ça. Pour rien au monde je changerais nos choix fait il y a plus de 2 ans. Parce que, finalement, ma vie a commencé ce jour où nous avons appris sa présence, son existence. Ce jour où je le savais au plus près de mon cœur.

Ma vie a pris un nouveau tournant il y a 2 ans. Je me suis découverte, je me transformée, pour aujourd’hui, vivre rien que pour lui. Mon petit garçon, mon capitaine, N.

Deux ans déjà ! Et il s’en est passé des choses depuis ! Maintenant, c’est un merveilleux petit garçon de 16 mois qui grandit à nos côtés.

IMG_9383

Et toi, tes enfants, ils sont arrivés alors que « c’était pas le bon moment », comme on dit, comme on est jugé ?

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply Weena 20 août 2015 at 19 h 22 min

    Moi, au contraire, je t’admire d’avoir fait ce choix et de l’assumer <3
    Ça n'aurait tenu qu'à nous, on l'aurait fait bien plus tôt notre petit FeuFolet (et un deuxième serait déjà en route XD) … mais on a fait le "choix de la raison" : attendre la fin de mes études pour nous marier, puis le voyage de noce pour lancer les essais bébé …
    Heureusement qu'il s'est installer rapidement, sinon, je crois que j'aurais enrager ^^

    • Reply Elodie 4 septembre 2015 at 21 h 56 min

      Ces choix sont tellement, tellement difficiles à faire, que ce soit dans un sens ou dans un autre … De là à m’admirer pour ce choix et que je l’assume, c’est fort. ça me touche. Car je ne m’admire pas, moi .. !
      Pour le 2e, on attendra, on fait le choix de la raison maintenant, et puis on est bien à 3 ;)

  • Reply Maryne 20 août 2015 at 20 h 30 min

    Ohh oui, mon bubo est arrivé comme un cheveux sur la soupe! Mais cet enfant était tellement désiré que la décision fût rapide! En cdd, ds un domaine qui n’était pas le mien, mon conjoint qui lui aussi voulait se reconvertir, à décider de continuer ds ce domaine pour ne pas etre déborder par les premiers achats du poupon!♡♡Aujourd’hui je ne regrette en rien notre vie à trois mm si nos horaires respectifs ne sont pas facils. Celà nous rend plus fort, et plus confiant.

    • Reply Elodie 4 septembre 2015 at 21 h 58 min

      C’est beau ce que tu dis ! C’est génial que ton chéri ait continué pour votre famille ! Il faut faire des concessions parfois, mais ça ne veut pas dire que c’est pour toute une vie ! Je ne regrette rien également, tout au contraire ! J’imagine que c’est difficile les horaires. Courage !

  • Reply Isabelle de Guinzan 20 août 2015 at 21 h 38 min

    Oui moi je crois aussi tout de même que tu as eu du mérite :) Disons qu’ici on a quand même attendu d’avoir un minimum une situation stable et un appartement de plus d’1 seule pièce ! Mais sinon je savais que je n’aurais jamais de déclic, de moment parfait où je me dirais « on y est ! » et donc on s’est lancés et j’attends donc mon baby boy pour novembre :)

    • Reply Elodie 4 septembre 2015 at 22 h 08 min

      Merci Isabelle, c’est gentille. Je ne le vois pas comme du mérite, mais ça me touche de l’entendre dire. L’appartement de plus d’une pièce, je comprends, c’est important ! Félicitations pour la future naissance ! Prends soin de toi, et de vous même !

  • Reply Lucile 21 août 2015 at 7 h 10 min

    Je suis aussi tombée enceinte pendant mes études et c’était également voulu. J’ai eu peur du regard des autres. A l’école, de m’a famille… j’ai été a m’a remise de diplôme le ventre bien rond. Je ne me sentais pas bien à l’aise. Puis j’ai eu bébé alors que je n’avais pas de travail. Les jugements, il y en à sûrement eu mais comme toi j’ai mis des oeillères et je n’ai pas entendu ou écouté.
    J’ai eu la chance de trouver du boulot dans ma branche quand je l’ai voulu et aujourd’hui je suis l’heureuse maman d’un petit bout de 11 mois déjà.

    • Reply Elodie 4 septembre 2015 at 22 h 07 min

      On a vécu exactement la même chose, finalement. Je n’étais pas à l’aise également à ma remise de diplôme. Mon fils avait 5 mois, et mes camarades souhaitaient le voir. J’ai vite demander au papa de le prendre et de me rejoindre quand je serais sortie. Ce n’est pas évident … On sera toujours jugé, quoi que l’on fasse, de toute manière ! C’est super pour ton boulot ! Dans quelle branche es-tu ? Tu as dis à ton employeur que tu avais un enfant, quand tu as passé l’entretien ? C’est quelque chose que je cache, moi, personnellement … Non par honte, mais par jugement, encore, justement.
      et bientôt les 1 an ! Bon courage pour cette jolie étape !

  • Reply Laura HANTZ 22 août 2015 at 7 h 56 min

    Très joli texte!
    Je suis comme toi, je suis tombée enceinte à 19 ans, j’étais à la fac, mon mari lui travaillait.
    C’était il y a déjà 4 ans et je ne regrette absolument pas !

    • Reply Elodie 4 septembre 2015 at 21 h 58 min

      Merci Laura ! <3
      Wahou, tu es tombée enceinte tôt (j'avais 22 ans moi, c'est clair que c'est carrément plus vieux ... Haha !). C'est génial de ne pas regretter <3

  • Reply Pierre-François Kettler 22 août 2015 at 11 h 27 min

    Bravo ! La vie nous propose des carrefours et choisir son chemin permet de s’accomplir. Même si cela va à l’encontre de l’entourage familial, même si cela peut parfois être douloureux (ou difficile : les premières années d’un enfant sont une réelle fatigue physique pour ses parents quand ceux-ci l’accompagnent), quand l’amour est au rendez-vous, rien n’est plus important.
    Oui, plus on accomplit d’actions, plus il est possible d’en accomplir. Plus on fait plus on fait. Et cela semble simple quand on est dedans.
    Mais surtout, cela permet de vivre pleinement… et n’est-ce pas le plus important ?
    Belle continuation à tous trois !

    • Reply Elodie 4 septembre 2015 at 22 h 04 min

      Merci pour ce commentaire qui me fait très plaisir. J’essaye de m’accomplir, en effet. Il y a des concessions, des bosses et des nids de poule sur ce chemin, mais comme sur toute route je crois bien … L’amour est là, en effet. Je le sens, je le partage, je le reçoit.
      Votre commentaire me touche réellement. Merci !

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :