Le pouvoir des fleurs

Je me souviens encore, lorsque, dans mon enfance et mon adolescence, mes petites nièces s’amusaient à cueillir des fleurs dans le jardin de mes parents, heureuses de choisir les plus jolies et les plus colorées, afin de les offrir, par la suite, à leur maman ou à leur mamie. Elles avaient l’autorisation de prendre toutes celles qu’elles souhaitaient, malgré le temps passé par mon Papa à entretenir ce jardin, malgré le fait que certaines soient plus difficiles que d’autres à planter et à entretenir. Elles n’avaient aucune limite. Mon Papa était alors le meilleur papi du monde, aux yeux de ces petites filles heureuses de détenir ce privilège.

Dans ces périodes, je me revoyais faire la même chose, moi-même, lorsque j’avais quelques années. Je ramassais ces fleurs que j’offrais à ma maman. Nous passions beaucoup de temps, dehors, dans le jardin, ou en promenade. Ma sœur, lorsqu’elle ne les mangeait pas, m’aidait à confectionner le plus joli des bouquets de fleurs pour la plus jolie des fleurs, notre maman.

Et puis, je m’imaginais, à mon tour, avoir des fleurs, un jour. Avoir un enfant, une fille ou un garçon, courant dans ma direction, avec un aussi grand sourire que mes petites nièces, et me tendant un joli bouquet de fleurs, cueillies avec soin et avec amour, surtout.

Ce jour est arrivé. Enfin, presque arrivé.

Photo datant d'un an déjà, une feuille morte à la main ... Photo par Julie Chabanais Photographie

Photo datant d’un an déjà, une feuille morte à la main …

A chaque fois que nous sortons en ballade, mon capitaine passe beaucoup de temps dans l’herbe, à ramasser coups sur coups marguerites, boutons d’or, ou même pissenlits (haha !). Il aime prendre le temps de les observer, de les choisir avec soin, de les arracher, puis, de les porter, fièrement. Parfois, je dois bien l’avouer, il les massacre un peu, détachant chaque pétale, ou le cœur, tant qu’à faire !

Et c’est dans ces moments si simples du quotidien que je me rends compte de la chance que j’ai de tenir ce rôle de maman, que je me rends compte du bonheur que me procure ce rôle, et que je me rends compte de l’importance que j’ai, à ses yeux.

Je suis sa maman, je suis celle pour qui il cueille des fleurs, je suis celle pour qui il prend le temps de les choisir, de les sélectionner, de les regrouper. Je suis aussi celle grâce à qui il sourit aux fleurs, chaque jour de ballade.

Mon petit capitaine découvre et développe une passion pour la nature, pour le vert, les arbres, fleurs, et petites bêtes que nous rencontrons au  fil de nos ballades. De mon côté, je me découvre devenir patiente, aimer l’observer, de près ou de loin, l’aider à choisir celles qui feront le plus beau des bouquets.

A travers ce moment de partage, nous nous retrouvons, nous échangeons, parfois sans mot, parfois au cours d’une discussion, un moment d’amour profond, que j’ai connu, que je connais, et que je connaitrais à l’avenir.

Le pouvoir des fleurs, simplement.

Cet

Photo par Julie Chabanais photographie

Photo par Julie Chabanais photographie

Cet article a été rédigé dans le cadre de notre rendez-vous mensuel, avec Les Blogueuses s’en mêlent ! Retrouve les articles de mes copines ici : Elinais Les ptits bonheurs de liliLovinglymomLa pipelette aux baskets – Zozo MumTitisse BiscusLe carnet d’Emma